aller au contenu

Cité des humanités et des sciences sociales

pinterest

Actualités18 Octobre 2018

« Nous devons maintenant associer activement les établissements, les unités de recherche et leurs personnels. »

3 questions à Jean-Marc Bonnisseau, président du Campus Condorcet

Dans moins d'un an, le Campus Condorcet accueillera ses premiers usagers. Jean-Marc Bonnisseau, président de l’établissement public, revient sur les grands chantiers en cours : l'accompagnement des communautés appelées à rejoindre le Campus, l'aménagement des espaces intérieurs, la préparation de la gestion du site dans le cadre du contrat de partenariat, la continuité du service documentaire, la structuration de l'établissement public...

A moins d’un an de l’ouverture du site d’Aubervilliers, quels sont les grands chantiers qui permettront d’ouvrir un Campus dans des conditions optimales à l’été 2019 ?

Jean-Marc Bonnisseau

Le Campus Condorcet est maintenant à portée de main, et toute l’équipe de l’établissement public est dorénavant focalisée sur la préparation de l’ouverture à l’été prochain du site d’Aubervilliers : l’accueil des unités de recherche et du siège de l’Ined, et l’ouverture des bâtiments mutualisés (Centre de colloques, Hôtel à projets, Maison des chercheurs, résidences étudiantes…). Cela se traduit en premier lieu par un travail sur l’aménagement des espaces intérieurs - que ce soit les bureaux de recherche comme les espaces partagés -, sur le mobilier, la signalétique, les conditions d’accès aux différents espaces, les équipements numériques ou encore la téléphonie. Par ailleurs, nous anticipons sur l’organisation du planning des enseignements sur le site en 2019-2020. Et dès novembre, nous allons lancer la préparation des déménagements en coordonnant les opérations avec les différents établissements.

 

Dans le même temps, s’élabore le schéma directeur pour l’exploitation-maintenance, afin de préparer la gestion du site et de veiller à la bonne application du contrat de partenariat après la mise à disposition des bâtiments. Notre attention se porte en particulier sur les fournitures de fluides, le raccordement à internet, mais aussi les services d’accueil, de photocopie, d’impression...

« Ce travail commence dès novembre avec la campagne d’inscription. »

Un autre chantier concerne la documentation dans l’année de transition 2019-2020, autrement appelé « le GED avant le GED ». En effet, le bâtiment construit par la Région n’étant livré qu’à la mi-2020, nous élaborons une continuité du service documentaire permettant aux membres des unités de recherche, qui auront emménagé sur le Campus à l’été 2019, de disposer de leurs ouvrages, d’une salle de lecture, d’un service de prêt et de poursuivre l’enrichissement des collections. En parallèle, se poursuit la préparation de l’emménagement dans le bâtiment définitif.

 

Enfin, en lien avec tous les établissements membres, nous mettons en place des actions d’accompagnement des communautés appelées à rejoindre le campus. Ce travail commence dès novembre avec la campagne d’inscription pour le référentiel d’identité, brique essentielle de notre système d’information, mais aussi médiateur pour une appropriation du Campus par les futurs usagers. Cette inscription est la clé qui leur permettra de bénéficier de tous les services offerts par le Campus.

Y aura-t-il, dès cette année, des services accessibles aux futurs usagers ?

Nous menons un travail conjoint avec les établissements membres pour la définition des services offerts sur le Campus, mais aussi la définition des appels à projet pour le Centre de colloques, l’Hôtel à projets et les réservations dans la Maison des chercheurs.

« Notre objectif est de proposer une palette de services appelée à se développer progressivement. »

Notre objectif est de proposer une palette de services appelée à se développer progressivement jusqu’à la fin 2020 avec l’ouverture au public du Grand équipement documentaire. La plupart de ces services seront accessibles via un portail en ligne, en cours de réalisation.

 

Dès novembre, nous lancerons notre dispositif de réservation pour le Centre de colloques, puis de réservation de logements dans la Maison des chercheurs - destinés en particulier aux collègues étrangers invités -, et enfin pour les étudiants dans les deux résidences étudiantes. Ces services sont organisés en partenariat avec les gestionnaires de ces lieux pour simplifier autant que possible les procédures. Au premier trimestre, nous mettrons en place une lettre d’information dédiée aux résidents sur les questions liées à l’emménagement et à l’ouverture progressive des services.

 

Et pour commencer, nous lançons dès novembre deux nouveaux dispositifs d’accompagnement :

  • une foire aux questions sur notre site internet pour permettre à nos futurs usagers de trouver des réponses aux questions très concrètes qu’ils se posent sur l’organisation de la vie sur le Campus, le calendrier de l’emménagement, etc.
  • les « cafés campus », un nouveau format de rencontre pour permettre aux différents membres de la communauté du Campus Condorcet de mieux cerner toutes les dimensions de leur futur lieu de travail.

Comment s’organise l’établissement public Campus Condorcet pour faire face aux défis de l’année ?

Nous menons actuellement de front deux chantiers d’envergure, la construction des bâtiments d’une part et la structuration de l’établissement public d’autre part. Et ce en vue de lui donner les moyens de tenir son rôle dans le cadre du contrat de partenariat, mais aussi en tant que maître d’ouvrage du bâtiment pour l’Université Paris 1 à Porte de la Chapelle. Cette structuration implique une refonte complète de notre budget que nous sommes en train de négocier avec le ministère, de même que la mise en place et le renforcement de nos fonctions supports et documentaires.

« Nous comptons aussi sur une implication des établissements membres. »

Ainsi, nous avons pu déployer une campagne de recrutements en 2018 grâce à 11 créations de poste, notamment dans le domaine des ressources humaines et de la comptabilité. Pour les trois années à venir, nous avons établi une programmation budgétaire et un plan de recrutement avec une cible de 150 emplois environ.

 

Dans cette phase intermédiaire, nous comptons aussi sur une implication des établissements membres, afin que puissent être pris en charge certains dossiers en coordination avec les équipes du Campus. Nous sommes sortis de la période où les groupes de travail donnaient des orientations ensuite mises en œuvre par le Campus. Nous devons maintenant associer activement les établissements, les unités de recherche et leurs personnels à la réalisation concrète des chantiers anticipant sur la phase d’exploitation du site. Quelle meilleure façon de s’approprier le Campus à quelques mois de son ouverture.