Les mondes de la prison

Didier Fassin, anthropologue et sociologue, Institute for Advanced Study (Princeton) et École des hautes études en sciences sociales

La prison est volontiers représentée comme un monde à part, hors de la société. Elle est de plus en plus souvent éloignée des lieux de résidence, à la marge des villes. Au terme d’une enquête réalisée au long de quatre années dans une maison d’arrêt, elle apparaît pourtant tout autre : un espace perméable aux objets et aux ressources du monde extérieur, un univers intimement lié au système pénal et à l’activité judiciaire, un miroir tendu à notre société pour y penser la manière dont on punit. Le travail des sciences sociales permet précisément de relier le dedans et le dehors, le quotidien de la détention et les débats autour de la peine, l’activité des personnels et les critiques des associations, l’expérience des détenus et les épreuves des familles. Il éclaire autrement les mondes de la prison à travers la vie de ceux qui y sont enfermés et de ceux qui y travaillent. Il interroge au bout du compte le citoyen sur la société à laquelle il aspire.

Conférence donnée le 11 Janvier 2016

Pour en savoir plus

FASSIN D., L’Ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Paris, Seuil, 2015.
FOUCAULT M., Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.
GOFFMAN E., Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Les éditions de Minuit, 1968.