École nationale des chartes

Une institution au service de l’histoire depuis 1821.
Directrice : Michelle Bubenicek
À la pointe de la recherche historique, dont elle a renouvelé en profondeur les méthodes dès sa fondation en 1821, l’École des chartes n’a cessé d’accompagner la progression des méthodes historiques et la modernisation des métiers de la conservation du patrimoine. 
Après plus de cent ans au cœur de la Sorbonne, l’École s’est maintenant installée en face de la Bibliothèque nationale de France rue de Richelieu. Elle tient une place déterminante au cœur des institutions patrimoniales.
L’École est placée sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Ses élèves, recrutés par concours et accédant au statut de fonctionnaire stagiaire de l’État, reçoivent le diplôme d’archiviste paléographe après la soutenance de leur thèse. Ils font généralement carrière comme conservateurs du patrimoine, conservateurs des bibliothèques ou enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales. 
Depuis 2005, l’École délivre aussi un master dédié au numérique à des étudiants issus de l'université ou de classes préparatoires et, depuis 2011, le doctorat avec l’école doctorale ED 472 de l’École pratique des hautes études d’une part et l’école doctorale d’histoire moderne et contemporaine ED 188 de l’université Paris Sorbonne – Paris IV, d’autre part.
L’École dispose d’un laboratoire de recherche (EA 3624), le centre Jean-Mabillon, acteur majeur et fécond de la recherche en France. Le Centre exprime la dimension collective, interdisciplinaire et internationale de diverses activités de recherche dans le domaine des sciences historiques et philologiques telles qu’elles sont enseignées à l’École des chartes. Les recherches s’orientent selon trois axes :
- Les cultures de l’écrit du Moyen Âge à nos jours.
- La genèse et la tradition du patrimoine écrit : auteurs, relais et institutions.
- L’épistémologie et normativité des éditions de textes et d’images à l’âge du numérique.
Comptent parmi les priorités actuelles de l’École le développement des technologies numériques appliquées à la recherche historique et à la valorisation du patrimoine, l’élargissement de son public dans le domaine de la formation initiale et de la formation continue et, enfin, le renforcement de son rayonnement international. Sont rattachés à l’ENC le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) et l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique (Urfist) de Paris. 

Chiffres clés

- Plus d’une centaine d’élèves et d’étudiants (150 en 2013).
- 1 250 euros nets mensuels de traitement pour les élèves fonctionnaires stagiaires.
- 95 % d’insertion professionnelle.
- 2 000 auditeurs chaque année en formation continue.
- 50 livres et publications électroniques édités par an.