aller au contenu

Cité des humanités et des sciences sociales

pinterest

Expériences et imaginaires de la fin du monde au xxe siècle

Giordana Charuty, EPHE

Au début des années 1960, l’anthropologue italien Ernesto De Martino entreprend une vaste enquête comparative sur les ressources culturelles offertes par plusieurs imaginaires de la fin du monde ou de la fin de l’Histoire : celui du christianisme primitif, celui des mobilisations millénaristes du Tiers Monde, celui du mouvement communiste international, celui de la modernité artistique et littéraire.
Une définition de la culture comme ce qui préserve de la folie – entendue comme perte du rapport à soi et au monde – est au cœur de cette entreprise, qui fait suite à dix ans d’enquêtes ethnographiques dans l’Italie du Sud pour comprendre la rémanence de savoirs culturels, disqualifiés sous le nom de magie, destinés à prendre en charge des crises de l’existence individuelle.
Mais la mélancolie de l’Occident aux prises avec des mondes finissants et une « transcendance vide », dont témoigne la littérature moderne, peut aussi accueillir des expériences existentielles qui renouvellent le vénérable genre littéraire désigné par le terme « apocalypse », pour relancer le temps en acclimatant de nombreux thèmes que l’on retrouve, aujourd’hui, au cœur de nos cultures populaires contemporaines.

Conférence donnée le 18 Décembre 2017

Pour en savoir plus

Ernesto De Martino, La fin du monde : Essai sur les apocalypses culturelles, texte établi, traduit de l’italien et annoté sous la direction de Giordana Charuty, Daniel Fabre et Marcello Massenzio, Paris, coll. « EHESS Translations », 2016.
Coordonné par Paule Petitier et Sophie Wahnich, Écrire l’histoire, dossier « La fin de l’histoire », Paris, CNRS Éditions, n°15, 2015.
Archives de sciences sociales des religions, dossier « Messianismes et anthropologie entre France et Italie », Paris, EHESS, n°161, janvier-mars 2013.
David Herbert Lawrence, Apocalypse, traduit de l’anglais par Fanny Deleuze et présenté par Gilles Deleuze, Paris, Desjonquères, 2002 (1931).