Publié le 16 janvier 2020 Mis à jour le 20 mars 2020

Ce Rendez-vous Condorcet est donné par Bastien François, politologue à l'Université Paris 1. Il sera modéré par Barbara Cassin, philosophe au CNRS, académicienne et présidente du conseil scientifique du Campus Condorcet.

Date(s)

le 20 avril 2020

De 18 h 30 à 20 h
Lieu(x)

Lycée Le Corbusier

44 rue Léopold Rechossière, Aubervilliers

Les prérequis démocratiques de la transition écologique, Bastien François, politologue
Les prérequis démocratiques de la transition écologique, Bastien François, politologue
La transition écologique implique que nous allons devoir inventer une nouvelle société, plus sobre, plus résiliente, plus attentive aux générations futures. Nous allons devoir inventer aussi une société plus juste car il n’est pas possible de réduire la composante matérielle de nos économies et de nos vies quotidiennes – dans l’objectif de tenir compte du principe de finitude des ressources – sans réduire dans le même temps les inégalités entre les individus. 

Consommation, production, travail, alimentation, mobilités, habitat, énergie, fiscalité, flux internationaux, etc., tout doit être remis à plat. Et pas seulement par le sommet, dans de vastes plans élaborés « d’en haut » par les élites dirigeantes, mais au plus près de chacun d’entre nous, dans notre vie quotidienne, et avec la participation et le consentement de tous. Faute de quoi les contraintes de la transition écologique affecteront en premier lieu ceux qui – les plus démunis – paient déjà au prix fort les coûts de la crise écologique. 

Pour réussir cela, alors que nous affrontons une crise de défiance dans la représentation politique, il nous faut refonder les mécanismes qui nous permettent de définir collectivement notre avenir et renforcer fortement la capacité du politique à faire société. Il faut introduire également dans notre démocratie des préoccupations inédites : comment prendre en charge les enjeux du long terme et représenter les générations futures ? Comment mettre une science « éclairante » au service des responsables politiques et des citoyens, et donc de l’élaboration et de l’évaluation démocratique des politiques publiques ? 

La transition écologique que nous devons inventer suppose de fonder une nouvelle démocratie adaptée aux enjeux du 21e siècle.