Publié le 13 janvier 2022 Mis à jour le 13 janvier 2022

Le Campus Condorcet, choqué par la réincarcération soudaine de la chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, appelle à sa libération sans délai!

"Nous apprenons avec stupeur et indignation la réincarcération dans la prison d’Evin de Fariba Adelkhah", a annoncé mercredi 12 janvier 2022 son comité de soutien. Incarcérée en juin 2019, en même temps que son collègue Roland Marchal (libéré depuis), Fariba Adelkhah avait été placée en résidence surveillée en 2020.

Son comité de soutien dénonce des agissements "cyniques" du pouvoir iranien qui utiliserait le cas de la chercheuse "selon des fins extérieures ou intérieures qui demeurent opaques", et s’inquiète pour la santé de l’anthropologue : "Alors que la pandémie de Covid continue de battre son plein le gouvernement iranien met délibérément en danger la santé et même la vie de Fariba Adelkhah – la mort en détention du poète et réalisateur Baktash Abtin, samedi dernier, ayant démontré son incapacité ou son mauvais vouloir à garantir la sécurité de ses détenus."

Directrice de recherche au CERI Sciences Po, Fariba Adelkhah a obtenu son doctorat en anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales en 1989. Elle est membre des comités scientifiques de Iranian Studies et de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée. Ses recherches portent sur l’anthropologie sociale et l’anthropologie politique.

Un rassemblement est organisé jeudi 13 janvier à 16h00 devant SciencePo "pour lui manifester tout notre soutien et appeler à sa libération inconditionnelle".

En savoir plus