Publié le 19 août 2021 Mis à jour le 20 août 2021

Le programme 13-novembre recherche 300 nouveaux volontaires (victimes, témoins, intervenants, résidents ou usagers des lieux touchés ; habitants de Paris et de sa banlieue) pour participer entre septembre et décembre 2021 à la Phase 3 de l’Etude 1000, sur la mémoire des attentats du 13 novembre 2015.

L’objectif de cette étude est de comprendre et analyser l’articulation entre mémoire collective et individuelle à l’aune d’un événement marquant ainsi que son évolution au fil du temps. Engagée dès 2016, elle consiste en un recueil de témoignages filmés, de personnes exposées ou non aux attentats.

Dans le cadre de cette étude, des médiateurs, des enquêteurs et des chercheurs recueillent puis analysent les témoignages d’un groupe de 1000 personnes volontaires, au cours de quatre campagnes d’entretiens filmés réparties sur 10 ans. Lors de la phase 3, qui vient de débuter, l’Etude 1000 intègre 300 nouveaux volontaires afin d’affiner encore l’observation des évolutions de la mémoire dans les témoignages. Ils seront sollicités dès l’automne 2021, et une dernière fois, cinq ans plus tard en 2026. 

Les premières Phases du Programme montrent une très grande fidélité des volontaires (faible taux d’attrition de la Phase 1, 2016 à la Phase 2). Il est d’autant plus intéressant de comparer leur récit avec ceux de personnes qui découvriront le protocole d’enquête.

Victime, témoin, intervenant, résident ou usager des lieux touchés ; habitant de Paris et de sa banlieue, que votre souvenir soit précis ou non… Votre témoignage intéresse les équipes du Programme 13-Novembre. Il viendra enrichir le patrimoine mémoriel et sera un outil précieux pour les chercheurs de toutes disciplines.
 

Le Programme 13-Novembre

Composé de plusieurs études conçues en dialogue et porté par la Comue HESAM, le CNRS et l'Inserm, le Programme 13-Novembre est transdisciplinaire et longitudinal : il se déroulera jusque 2028. L'objectif de la recherche est d’étudier la construction et l’évolution de la mémoire après les attentats, et en particulier l’articulation entre mémoire individuelle et mémoire collective. Affiner l'appréhension du Trouble de Stress Post-Traumatique, constituer un corpus de témoignages opérationnels à des fins scientifiques et patrimoniales, améliorer la prise en charge des civils et intervenants professionnels, croiser les regards disciplinaires et construire ensemble l'objet de l'étude font partie des ambitions de l'entreprise.

En savoir plus