Publié le 22 avril 2022 Mis à jour le 20 mai 2022

Les Jeudis du GED sont proposés par les équipes du Grand équipement documentaire.

Date(s)

le 12 mai 2022

De 18h à 19h30
Lieu(x)

Grand équipement documentaire

Jeudi du GED - Sociétés, colonisation et esclavage aux Amériques (XVIe-XVIIIe siècles)
Jeudi du GED - Sociétés, colonisation et esclavage aux Amériques (XVIe-XVIIIe siècles)
Au cours de la période moderne, la colonisation d’une grande partie des Amériques donna naissance, souvent dans la violence, à des sociétés multiethniques d’un type inédit de Terre-Neuve à la Patagonie. Sous la direction de Cécile Vidal, un collectif d’historiens francophones travaillant sur différentes régions américaines (incluant notamment François-Joseph Ruggiu) s’est proposé de repenser cette expérience sociale sans pareil grâce à la pratique du comparatisme à l’échelle hémisphérique. L’objectif de l’essai collectif, fruit de cette longue collaboration, est de comprendre comment les trois populations, amérindiennes, africaines et européennes, mises en contact par la situation coloniale parvinrent à faire société en dépit des rapports de pouvoir exacerbés qui les opposaient. Une telle approche permet de dépasser l’opposition sociopolitique établie entre Amérique du Nord et Amérique latine, tout en révélant la centralité de la Grande Caraïbe. Elle démontre aussi la spécificité de l’impérialisme et du colonialisme d’Ancien Régime, étroitement associé à la traite des esclaves et à l’esclavage et, plus largement, la singularité d’un monde atlantique qui sert de laboratoire social à la première globalisation.

Cécile Vidal est historienne et directrice d’études à l’EHESS, membre de Mondes Américains/Centre d’études nord-américaines. Elle s’intéresse à l’histoire sociale des empires coloniaux, de la traite et de l’esclavage dans les mondes atlantiques des XVIIe-XIXe siècles. Elle a notamment publié, avec Gilles Havard, Histoire de l’Amérique française (Flammarion, 5e éd. 2019), ainsi que Caribbean New Orleans : Empire, Race, and the Making of a Slave Society(University of North Carolina Press, 2019). Le dernier volume collectif qu’elle a coordonné, avec Paulin Ismard et Benedetta Rossi, porte sur Les mondes de l’esclavage. Une histoire comparée (Seuil, 2021).

François-Joseph Ruggiu est professeur d’histoire moderne à la Faculté des Lettres de Sorbonne-Université et membre du Centre Roland Mousnier. À l’origine spécialiste d’histoire comparée de la société et de la famille en Europe à l’époque moderne, il s’intéresse, depuis quelques années, à l’histoire des sociétés américaines de la période coloniale. Il a, en particulier, étudié les élites impériales à travers les exemples de la noblesse française ou de la gentry anglaise en situation coloniale, sur lesquelles il a publié plusieurs articles (Revue d’histoire de l’Amérique française, Outre-Mers, Histoire, Economie et Société ou encore French History et History of European Ideas).

Jean-Yves Grenier est historien, directeur d’études à l’EHESS. Ses travaux portent sur les économies européennes de l’âge moderne et l’histoire de la pensée économique. Il a publié L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude (Albin Michel, 2006) et Histoire de la pensée économique et politique de la France d’Ancien Régime (Hachette, 2007).

Sylvie Steinberg est directrice d’études à l’EHESS, membre du Centre de recherches historiques (CRH), spécialiste de la France d’Ancien Régime. Elle travaille sur la famille, le genre et la sexualité. Actuellement co-directrice de publication de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire, elle a codirigé les numéros 31/2010 « Érotiques », 44/2016 « Judaïsme(s). Genre et religion » et 52/2020 « Abuser/Forcer/Violer ». Elle a publié La Confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution (Fayard, 2001) ; Une tache au front. La bâtardise aux XVIe et XVIIe siècle (Albin Michel, 2016) ; et dirigé Une histoire des sexualités (PUF, 2018).