Publié le 24 novembre 2020 Mis à jour le 24 novembre 2020

Cette séance du séminaire « Les Lundis de l’Ined » est donnée par Anne Alice Chantry (EPOPé Inserm-Inra & Ecole de Sage-femme de Baudelocque) qui discutera avec Virginie Rozée (Ined, UR14).

Date(s)

le 7 décembre 2020

de 11h30 à 12h30
Lieu(x)

Visioconférence

Les lundis de l'Ined Logo
Les lundis de l'Ined Logo
Les maisons de naissance (MDN) offrent un modèle de soins continu, patient-centré, et innovant qui favorise la salutogénèse. Elles font partie intégrante de l’offre de soins en périnatalité dans la plupart des pays à haut niveau de ressources.

L’objectif de cette recherche est d’évaluer la qualité des soins prodigués en 2018 dans les 8 MDN françaises autorisées à fonctionner de façon expérimentale.

Objectif : Evaluer la qualité des soins prodigués en 2018 dans les 8 MDN françaises autorisées à fonctionner de façon expérimentale. Matériel et méthodes : Nous avons mené une étude épidémiologie descriptive nationale de l’activité des 8 MDN françaises en 2018. La population d’étude concernait toutes les femmes suivies en MDN pendant la grossesse et ayant un accouchement planifié dans ces structures.

Résultats : Au total, 649 femmes ont été prises en charge en MDN au cours du travail et 506 y ont effectivement accouché (transferts en maternité : n=143, 22%). Concernant l’efficacité des soins, on notait très peu d’interventions parmi les femmes ayant accouché en MDN : moins de 3% de rupture artificielle des membranes, moins de 2% d’épisiotomies. Sur l’ensemble des femmes ayant eu un travail en MDN, 90,5% ont accouché par voie basse spontanée, 6,5% par voie instrumentale et 3% par césarienne. Concernant la sécurité, l’étude montrait 1,4% d’hémorragies sévères quel que soit le lieu final d’accouchement et 0,4% de ré-hospitalisation dans le mois suivant l’accouchement. Les complications néonatales étaient très peu fréquentes avec 1,7% d’enfants ayant nécessité des gestes de réanimation à la naissance. Un décès néonatal a été identifié (0,2% IC95%[0,0% – 0,9%]).

Conclusion : Notre étude montre que les MDN françaises présentent un niveau de sécurité satisfaisant et une très faible fréquence d’interventions.

En savoir plus sur Virginie Rozée
En savoir plus sur Anne Chantry