Publié le 4 septembre 2019 Mis à jour le 11 décembre 2020

En complément des collections d’imprimés, le Grand équipement documentaire (GED) offre à la consultation un ensemble inédit de sources issues de la recherche en sciences humaines et sociales : les archives de chercheurs, centre de recherche et des entités de valorisation de la recherche (sociétés ou associations savantes, revues de sciences sociales).

Marché catalographique  Fonds Chiite (EPHE - Bibliothèque des Sciences Religieuses)
Marché catalographique Fonds Chiite (EPHE - Bibliothèque des Sciences Religieuses)
En provenance de 9 établissements et organismes de recherche, les archives, qui à l’horizon 2021 seront pour la première fois réunies et accessibles en un même lieu sur le site d’Aubervilliers, constituent un matériau d’étude unique sur la pratique et l’histoire des sciences humaines et sociales.
Cet important ensemble archivistique éclaire non seulement l’évolution des disciplines, l’émergence de nouveaux champs et objets de recherche, les affinités et réseaux intellectuels, les rapports des chercheurs à leur terrain d’enquête, les synergies entre enseignement et recherche, mais aussi plus largement les conditions d’exercice de la recherche, les ressorts de l’édition scientifique, les interactions entre les sphères scientifique et médiatique…
Constitué de sources de première main, cet ensemble d’archives des sciences sociales se présente aussi comme un gisement de données à exploiter ou ré-exploiter, propice à la revisite de terrains sociologiques ou ethnographiques notamment.
Ce patrimoine scientifique, que le GED a vocation à préserver, enrichir et valoriser en poursuivant la collecte auprès des équipes de recherche installées sur le campus, compte à la fois des archives issues des travaux des centres et des chercheurs qui les animent, et des archives collectées par ces mêmes centres et chercheurs auprès d’autres acteurs. 

Archives de la recherche

Le GED donnera accès à une remarquable série de fonds de chercheurs et de centres, ainsi qu’à de nombreuses archives d’enquêtes, revues scientifiques et sociétés académiques.

La collecte patiente et souvent pionnière menée par les institutions membres de Condorcet a en effet abouti à la préservation des archives de près de 300 personnalités (plus de 2,5 km linéaires de documentation physique) et des archives de 82 centres et unités de recherche (1,3 km linéaires).
Ces archives, qui seront progressivement accessibles au public au gré des opérations de classement, proviennent de toutes les disciplines et champs de recherche, aujourd’hui comme hier, des institutions membres du Campus Condorcet. 

Plusieurs domaines, dont la démographie, la sociologie et l’histoire sociale pour lesquelles le GED est bibliothèque délégataire du GIS CollEx-Persée, offrent des fonds de référence :

  • la sociologie, avec les archives de Georges Gurvitch, d’Alain Touraine et du Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (CADIS), de Pierre Bourdieu et du Centre de sociologie européenne (CSE), de Raymond Boudon et du Groupe d'étude des méthodes de l'analyse sociologique (GEMAS)…
  • l’ethnologie et l’anthropologie, avec les archives de Georges Condominas, Maurice Godelier, Marc Augé, celles du Centre d’études africaines (CEAf) et du Centre d’Histoire Sociale de l’Islam Méditerranéen (CHISM), aujourd’hui fusionnés au sein de l’Institut des mondes africains (IMAF)…
  • l’histoire, qui compte notamment les fonds de Philippe Ariès, Marc Ferro, François Furet, Jacques Le Goff, Pierre-Vidal Naquet… auxquels font écho de nombreux laboratoires dont le Centre de recherches historiques (CRH)
  • la démographie, forte des nombreuses enquêtes et recherches conduites par les équipes et chercheurs de l’INED
  • la philosophie, l’économie, l’histoire des sciences et les mathématiques sociales, avec les fonds de Claude Lefort, Charles Bettelheim, Henri Corbin, Alexandre Koyré, et les archives du Centre d’analyse et de mathématiques sociales (CAMS)

Archives collectées

Les lecteurs trouveront également au GED de nombreux fonds collectés auprès d’acteurs extérieurs au monde académique : résistants, ouvriers, militants, partis politiques, journalistes…

Ces archives, repérées par les chercheurs au cours de leurs travaux et recueillies par leur intermédiaire, relèvent parfois d’une ancienne tradition de collecte. Tel est le cas à l’Institut d’histoire du temps présent (UMR 8244, Université Paris 8-CNRS) qui a perpétué la pratique de la collecte d’archives privées, héritée du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CHDGM), et l’a étendue par-delà la Seconde Guerre mondiale à de nouveaux objets d’études : décolonisations, monde contemporain.

Tel est aussi le cas du Centre d’histoire d’histoire sociale des mondes contemporains (UMR 8058, Université Paris 1-CNRS) qui, dans le sillage de son fondateur Jean Maitron, œuvre à la sauvegarde et à la préservation de fonds liés à l’histoire du syndicalisme et à l’histoire des mouvements politiques et sociaux.

Comment les consulter ?

Les opérations de classement appelées à s’intensifier dans les années à venir permettront de mettre progressivement à la disposition du public les quelque 5 kilomètres linéaires et 1,2 téraoctets de documentation que représentent aujourd’hui ces archives.

En attendant leur transfert complet à Aubervilliers et l’installation définitive du GED dans son nouveau bâtiment, les lecteurs peuvent consulter sur place depuis octobre 2019 quelque 300 fonds et pièces d'archives provenant des sections et centres de l’Ecole pratique des hautes études, de la Bibliothèque de recherches africaines, du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, et du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine, tous trois sous la tutelle de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi que de l’Institut d’histoire du temps présent.

Pour le détail, consulter Calames, Catalogue en ligne des archives et manuscrits de l’enseignement supérieur, dans lequel sont publiés les inventaires des archives du Campus Condorcet.
 

En chiffres

  • 5 kml d’archives physiques et 1,2 To d’archives électroniques
  • issues de 30 structures et 9 institutions : le CNRS, l’EHESS, l’EPHE, la FMSH, l’INED, l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, l’Université Sorbonne Nouvelle, l’Université Paris Nord, l’Institut des Amériques
  • 4,4 kml d’archives de la recherche
    • 300 fonds de chercheurs
    • 82 fonds de centres et unités de recherche
  • 650 ml d’archives collectées
  • 300 inventaires de fonds et pièces d’archives accessibles en ligne dès octobre 2019