Publié le 3 octobre 2019 Mis à jour le 3 octobre 2019

Présentation du livre de Elara Bertho « Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales et résistants africains » et discussion avec Odile Goerg dans le cadre des Jeudis du GED.

Date(s)

le 10 octobre 2019

Lieu(x)

Maison des Sciences de l'Homme Paris Nord

20, avenue George Sand, Saint-Denis

JeudisduGED_Affiche
JeudisduGED_Affiche
Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours.

« Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales et résistants africains », Elara Bertho, Honoré Champion, 2019