Publié le 22 avril 2021 Mis à jour le 20 mai 2021

Accueillie en résidence de création au sein de l'Espace associatif et culturel (EAC) du Campus Condorcet au début du mois de février 2020, l'association Sexe et Consentement mène des actions de prévention pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles à l'université et développe des dispositifs artistiques pour l'éducation au consentement. Elle fait partie des premières associations à avoir élu domicile à l’EAC en 2019.

Pour cette résidence, une chorégraphe, une dramaturge et une metteuse en scène se sont posé la question suivante : comment décrire des relations non-consenties dans des narrations de non-fiction ? Ce projet de danse-théâtre rassemble diverses sources de documents : l’archive et le témoignage, mis en poésie et racontés parfois avec humour. À partir de la collecte des paroles libérées, il s’agissait de questionner les moyens d’expression du consentement et de réfléchir aux normes liées à la sexualité sous des formes dramaturgiques à inventer.

Le travail de création, amorcé en Argentine, a été poursuivi pendant cette résidence et a donné lieu à une représentation de sortie de résidence de la pièce intitulée Con-Sentiment{s}, le 14 février au Centre de colloques du Campus Condorcet.

Équipe artistique : 
  • Une création collective de Ella Hamonic (dramaturge), Clotilde Meeroff (metteuse en scène) et Brenda Boote Bidal (chorégraphe) sur la base de textes de Ella Hamonic
  • Regard extérieur : Amaya Lainez
  • Musique et composition : Nicolas Rallis et Mariano Heler
  • Photos et vidéos : Antonella Casanova et Lucas Schlott
Au milieu des archives d’un désamour, E. trouve une pellicule 35 mm : une jeune femme, seins nus, un bandonéon posé sur ses genoux, derrière elle, un homme, habillé, manifestement plus âgé, l'enserre de ses deux bras. Un mauvais film porno argentin se demande E. ? Le dernier Tango à Paris lui dit S. Le réalisateur vient de rendre l’âme, le journal Libération publie “Il serait pourtant injuste de réduire Bertolucci au seul retentissement de ce film et des dégâts collatéraux sur son actrice principale”, désignant le viol de l’actrice comme une externalité négative, le prix à payer, pour de la création d’un chef d’oeuvre de l’histoire du cinéma. Le “NON” crié par Maria Schneider ne sera donc jamais entendu, ni comme un cri, ni comme un désespoir, ni comme l’expression d’une femme sodomisée sans consentement devant une caméra. De tous ces “non” que la société ne veut pas entendre, iI était temps d’en questionner la place. La place du “pourquoi, quand, comment : oui ou non, dans tous les gris des “non” et de toutes ces choses que l’on a acceptées sans oser ou pouvoir s'échapper”.

Télécharger le dossier de présentation de la pièce
Voir les permanences de Sexe et consentement à l’EAC
En savoir plus sur l’association Sexe et consentement
Organiser une représentation

Partenaires

Ce projet s'inscrit dans le développement du projet de création d'Ella Hamonic au sein du Master de création littéraire de l'Université Paris-8. Il bénéficie du soutien du Campus Condorcet, du Ministère de l'Enseignement Supérieur, de l'Innovation et de la Recherche, ainsi que de l'accueil studio du CND Centre National de la Danse de Pantin, de la Maison de l'Argentine de Paris et de Buda Coutrai (Belgique).
Une production danse-théâtre de Sexe et consentement - Co-Fondatrices Eléonore Nouel et Ella Hamonic.