Publié le 14 mars 2022 Mis à jour le 11 avril 2022

Alors que le procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris débutait, le Programme 13-novembre lançait sa 4e campagne d’entretiens avec les victimes et témoins. C’est pourquoi le Campus dédie son 1er Podcast "Terrains de recherche" à ce programme de recherche, dirigé par Denis Peschanski (CNRS) et Francis Eustache (EPHE, INSERM), qui étudie l’articulation entre mémoire individuelle et mémoire collective, grâce à une approche transdisciplinaire associant sciences humaines et sociales, sciences du vivant et sciences de l’ingénierie.

Francis Eustache et Denis Peschanski
Francis Eustache et Denis Peschanski - Francis Eustache (EPHE, Inserm) et Denis Peschanski (CNRS), co-directeurs du Programme 13-Novembre (Inserm, Hesam, CNRS)

Affiner l'appréhension du Trouble de Stress Post-Traumatique, constituer un corpus de témoignages opérationnels à des fins scientifiques et patrimoniales, améliorer la prise en charge des civils et intervenants professionnels, croiser les regards disciplinaires et construire ensemble l'objet de l'étude font partie des ambitions de l'entreprise. 

Les oubliés de la mémoire collective

Pour ce faire, les chercheurs s’appuient sur plusieurs études au premier rang desquelles l’Etude 1000, dont l’objectif est de recueillir puis d'analyser les témoignages de près de 1000 personnes volontaires (survivants, témoins, proches des victimes et acteurs intervenants ; habitants et usagers des quartiers visés ; habitants des quartiers périphériques parisiens et de la banlieue parisienne ; habitants de 3 villes hors Ile-de-France : Caen, Metz et Montpellier). Ces témoignages individuels sont mis en perspective avec les traces de la mémoire collective telle qu'elle se construit au fil des années à travers les journaux télévisés et radiodiffusés, les articles de presse, les réactions sur les réseaux sociaux, les textes et les images des commémorations, etc. 

C’est ainsi par exemple qu’ont pu être mis en lumière les « oubliés de la mémoire collective » comme le raconte Denis Peschanski dans le Podcast : "Depuis 2016, la mémoire du 13 novembre devenait de plus en plus soit une mémoire un peu floue -autour de Paris-, soit une mémoire très ciblée – autour du Bataclan […] Cela veut dire que pour les rescapés des terrasses, les rescapés du Stade de France, pour les parents endeuillés, c'était la double peine. Non seulement ils avaient souffert ce qu’ils avaient souffert, mais on les oubliait."

Mieux comprendre les troubles de stress post-traumatique

L'Étude "Remember" est l'autre étude principale du Programme 13-Novembre. Recherche biomédicale incluant 180 volontaires issus de l'Étude 1000, elle vise àidentifier les marqueurs neuropsychologiques et neurobiologiques de la résilience au traumatisme, ainsi que leur évolution temporelle. "La grande question, sur le plan biomédical, c'était le trouble de stress post-traumatique. Pourquoi certaines personnes développent ce trouble? Pourquoi d'autres, situé exactement dans le même contexte, ne le développent pas ?", interroge Francis Eustache. 

Ecoutez le podcast "Terrains de recherche : Le programme 13-novembre ou comment se construit la mémoire d’un événement traumatique" sur (presque) toutes les plateformes. 
 

Écoutez


Apple podcasts
Spotify