Publié le 17 décembre 2020 Mis à jour le 18 décembre 2020

Sonja Kmec, Université du Luxembourg

Conférence donnée le 19 novembre 2020 dans le cadre du Cycle 2020-2021 « Mémoire, langues, territoires » des Rendez-vous Condorcet, et modérée par Michel Margue (Université du Luxembourg).

Voir

Écouter


La Seconde Guerre mondiale fut aussi une guerre des images : propagande et contre-propagande ont créé d’inusables répertoires de clichés d’horreur et d’héroïsme. À force de les reproduire, ces représentations perdent toute référence à leur contexte de création et deviennent des symboles iconographiques pour le Mal et le Bien, le totalitarisme et l’individualisme. Ainsi, les photos des rassemblements de masse du parti nazi à Nuremberg, ou des portraits comme celui d’Anne Frank, sont devenus quasi globalement reconnaissables. Ils sont repris non seulement par des manuels, des musées et des films documentaires, mais aussi par des films historiques grand public voire des films de science-fiction et de super-héros, comme les X-Men. À côté de ces récits globaux a émergé une production plus ‘locale’, souvent biographique, sous forme de bandes dessinées. Nous proposons de nous pencher plus précisément sur ces médias populaires pour montrer comment différents aspects de la Deuxième Guerre mondiale sont ‘rappelés’ de manière plus efficace peut-être qu’à travers les monuments et discours officiels de commémoration.