Publié le 19 juillet 2019 Mis à jour le 27 septembre 2019

Maurice Godelier, EHESS

Conférence donnée le 5 octobre 2014 dans le cadre du Cycle 2014-2015 des Conférences Campus Condorcet : « Filles et garçons : Le genre fait-il la différence ? »


Dans de très nombreuses sociétés existent des institutions qu’on appelle « initiations ». Elles consistent à faire franchir aux individus selon leur sexe et selon leur âge certaines étapes dans la connaissance de l’ordre de l’univers, des règles de conduite appropriées dans la société à laquelle ils appartiennent. Ces savoirs sont transmis par étapes au cours de cérémonies. Mais les initiations ne sont pas seulement un processus de transmission de connaissances, ce sont également des institutions prenant en compte pleinement l’éducation sociale des individus. Les initiations instituent une division au sein des sociétés entre initiés et non-initiés. Ceux-ci jouissant alors d’un statut social inférieur et subordonné. Une partie des savoirs transmis dans les initiations est ésotérique, c’est-à-dire qu’ils constituent des secrets qu’il ne faut en rien révéler à des moins initiés et surtout à des non-initiés.
 

En savoir plus

Métamorphoses de la Parenté, M. GODELIER, Fayard, 2004 et Flammarion, 2010
Au Fondement des Sociétés Humaines. Ce que nous apprend l'anthropologie, M. GODELIER. Albin Michel, 2007 et Flammarion, 2010
Communauté, Société, Culture : Trois clefs pour comprendre les identités en conflits, M. GODELIER, CNRS-Éditions, Paris, 2009
La Production des Grands Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, M. GODELIER, Fayard et Champs Flammarion, Paris, 1982