Publié le 21 septembre 2015 Mis à jour le 27 septembre 2019

Michel Pastoureau, École pratique des hautes études

Conférence donnée le 21 septembre 2015 dans le cadre du Cycle 2015-2016 des Conférences Campus Condorcet : « Mondes réels, mondes virtuels. Du chamanisme aux réseaux sociaux. »


Toute littérature est le reflet et le modèle de la société qui la produit. Les romans de la Table Ronde, écrits et lus dans toute l’Europe des XIIe et XIIIe siècles, n’échappent pas à cette règle. En racontant les aventures merveilleuses du roi Arthur et de ses chevaliers, ils mettent en scène une société imaginaire qui est à la fois un miroir - déformé mais grossissant - de la société féodale alors en train de se réorganiser, et un idéal propre à influencer les comportements de leur public jusque fort avant dans le Moyen Âge finissant. Transposant dans l’univers littéraire les codes et les usages de l’aristocratie, ils les modifient et proposent en retour, à une large partie de la société, de nouveaux systèmes de valeurs et de nouveaux modes de sensibilité.
 

Pour en savoir plus

BERTHELOT A., Arthur et la Table Ronde, Paris, Gallimard, 1996.
DELCOURT Th. (dir.), La légende du roi Arthur, Paris, B.N.F. et Seuil, 2009.
FERLAMPIN-ARCHIER Ch.et HUE D., Mythes et réalités. Histoire du roi Arthur, Rennes, Editions Ouest-France, 2012.
FRAPPIER J., Chrétien de Troyes et le mythe du Graal, Paris, SEPVEN, 1968.
PASTOUREAU M., Les Chevaliers de la Table Ronde, Annecy, Editions du Gui, 2006.